" />
Bandeau
Collège Les Quatre Vents
Slogan du site

Le collège les quatre vents à l’Arbresle (Rhône), à 30 km de Lyon. Le site est destiné aux élèves, parents d’élèves, aux enseignants et aux différents personnels du collège.

logo article ou rubrique
La visite de la prison de Montluc
Article mis en ligne le 19 avril 2016

par collégien
logo imprimer

Mes camarades et moi sommes allés a Montluc en train le vendredi 22 Janvier à Lyon Part-Dieu. Après nous avons marché jusqu’à la prison, nous sommes arrivés devant un monument aux mort ou nous avons pris une photo.

Un peu plus tard nous sommes rentrés dans la cour de la prison ou une guide nous a raconté l’histoire de ce lieu, cette prison est grande dehors et dedans. Mais il n’y avait qu’une petite partie qui était visitable, celle utilisée pendant l’occupation. Notre guide nous a expliqué que ce lieu a détenu des milliers de personnes qu’elles soient juives, résistantes ou communistes emprisonnées, tuées ou torturées pendant l’occupation allemande.

Peu après nous sommes allés dans une salle ou il y avait de grandes affiches. Cette salle était l’ancien réfectoire. Notre guide nous a raconté l’histoire complète de la prison, les conditions de vie les personnes qui y sont passées, l’organisation dans la prison. Notre guide nous a aussi raconté quand la prison a été remise en service en 1939 pour y enfermer les prisonniers de droit commun (personnes accusées de vol...). Nous y sommes restés environ une heure.

En 1942 quand l’armé allemande appelée Wehrmarcht réquisitionne la prison, elle va se remplir de prisonniers (Juifs, communistes ou résistants) ils étaient enfermés à 8 dans des cellules de 4 mètres carré, ils manquaient d’oxygène, sont très peu nourris, les condition d’hygiène sont déplorables, ils se lavent sous un préau avec le froid et les insectes et ils ne pouvaient sortir que quinze minute par jour les conditions étaient horribles.

Plus loin nous avons visité les cellules, ou il y avait des affiche de résistants et de juifs qui étaient dans ces cellules comme par exemple Jean Moulin alias Rex, la mère de monsieur Bloch ou encore Klaus Barbie emprisonné ici le 4 Juillet 1987 pour avoir été responsable de déportations, tortures et meurtres et décède le 25 septembre 1991. Après nous avons eu un temps libre pour voir les cellules pour se rendre compte de ce que vivaient les prisonniers nous sommes rentrés à 8 par cellules : nous étions très serrés.

A la fin de la visite nous avons visionné un extrait du procès Barbie qui est très émouvant , nous avons appris beaucoup de choses et du coup avoir pu mieux comprendre cette époque.
La prison de Montluc La prison de Montluc La prison de Montluc


La prison de Montluc était très grande, dedans comme dehors, mais seulement une petite partie de l’intérieur pouvait être visitée. Nous nous sommes donc retrouvés devant la façade où étaient enfermés les condamnés. Le guide nous a bien dit que c’est un endroit où des milliers de personnes avaient étés enfermées, déportées, torturées ou tuées lors de l’occupation Allemande, et que nous devions respecter ce lieu.

Dessins faits par des détenus Dessins faits par des détenus Dessins faits par des détenus Dessins faits par des détenus Plan de la région lyonnaise

Ensuite on est entrés dans une salle remplie de grandes affiches, qui en fait était l’ancien réfectoire des hommes. On y est restés environ une heure, le temps que le guide nous explique du début à la fin l’histoire de cette prison, les personnes qui y sont passées, les conditions dans lesquelles vivaient les prisonniers, les témoignages des survivants, comment était organisée la maison d’arrêt selon les époques. Le moment qui nous intéressait était bien sûr quand la prison fut remise en service en 1939, pour y enfermer d’abord les communistes, puis les personnes accusées de vol, de marché noir ainsi que les gaullistes.

Les cachots Les cachots Les cachots Les cachots Les cachots Les cachots Les cachots
Durant ces années « vichystes », jusqu’en 1942, la prison était encore de condition « acceptable » pour les détenus, et assez bien organisée. Mais lorsque qu’elle est réquisitionnée par la Wehrmacht, l’armée allemande, en novembre 1942, la prison va se remplir très vite et les prisonniers ( Résistants et Juifs le plus souvent ), vont manquer d’hygiène, être mal nourris, entassés, torturés au sous-sol, tués lors de massacres.. Ils se retrouvent parfois à 8 dans une cellule de 4 mètres² et sont obligés de se relayer pour pouvoir dormir. Bref les conditions de vie des détenus lors de l’occupation allemande furent horribles et chaotiques, d’après les témoignages des survivants (André Frossard, Lazare Gaillard, Afried Schötcker,..).
La libération de Montluc
La prison de Montluc fut libérée dans la nuit du 24 Août 1944, grâce à des groupes francs, suite aux menaces de Yves Farge. Le bilan est lourd ; environ 8000 détenus sont passés par cette prison entre 1943 et 1944, qui était pour la plupart un lieu de transit avant d’être déportés en Allemagne. Beaucoup sont morts lors de massacres au Printemps-été 1944, comme à Saint-Genis-Laval (120 morts), ou sur les pistes de l’aérodrome de Bron, les 17, 18 et 21 août , environ 109 Juifs fusillés...
Klaus Barbie
Klaus Barbie, responsable de nombreuses rafles, de tortures, d’arrestations et de déportations, est jugé le 4 Juillet 1987 et condamné à la réclusion criminelle à perpétuité. Il décèdera le 25 septembre 1991, dans la prison de Montluc.
Jean Moulin Jean Moulin
Après que notre guide nous ait expliqué tout ça, il est parti et nous avons pu accéder à l’Aile des condamnés. Ce bâtiment est sur 3 étages, avec environ 25 cellules par niveau. Dans chaque cellule on pouvait trouver sur un mur le portrait d’une personne qui est passée par cette prison, qu’elle soit juive, résistante ou communiste, une seule personne ou toute une famille. Il y avait par exemple la famille Toitou, déportée avec leurs 11 enfants, Alice Vansteenberg, libérée le 24 Août, Marcel Bloch, André Devigny, qui est le seul à s’être enfui de la prison, les 5 fusillés de la place Bellecour, le 27 Juillet 1944, ou Christian Pineau, le seul témoin du passage de Jean Moulin à Montluc. Il est évident que la cellule où se trouve le portrait d’une certaine personne ne veut pas dire que c’est dans cette cellule qu’elle était emprisonnée. Il y a bien sûr la cellule, la vraie, où a été enfermé Klaus Barbie, au troisième étage.

Il y avait au premier étage la salle des lavabos, où dedans se trouvait le portrait des enfants de la colonie d’Izieu, tous Juifs et tous déportés à cause de Klaus Barbie.

Après être rentrés dans presque chaque cellule, nous sommes sortis de ce bâtiment et avons visité une cour, toujours dans la prison, remplie de dessins d’enfants.
Le mur des fusillés Le mur des fusillés
Ensuite nous avons marché jusqu’au mur des fusillés, qui se trouvait dans le fond de la prison. On pouvait y voir plein d’impacts de balles, qui avaient laissés des trous dans le mur de pierre. Des balles qui avaient tué des centaines de personnes enfermées ici.
Plaque commémorative A l'extérieur
La visite était finie et nous sommes sortis de la prison, assez choqués. Cette visite nous aura appris beaucoup de ce qui s’est passé lors de l’occupation allemande, pendant la Deuxième Guerre mondiale. Nous avons pu constater les conditions dans lesquelles un être humain pouvait survivre, sans hygiène, avec un bol de soupe par jour, écrasé dans une cellule surpeuplée, avec une sortie de 10 minutes par jour et la peur à chaque minute d’être appelé « avec bagages » (se faire déporter) ou « sans bagages » (se faire fusiller).. Bref on ressort avec moins de questions sur cette époque, avec une image plus précise de la déportation et de la Seconde Guerre mondiale.

Textes de Mathis, Maeva et Laurie


Forum
Répondre à cet article
" Je ne suis pas magicienne, mais j’ arrive à faire disparaitre une boite de chocolats !" (source inconnue)
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2006-2018 © Collège Les Quatre Vents - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.27