" />
Bandeau
Collège Les Quatre Vents
Slogan du site

Le collège les quatre vents à l’Arbresle (Rhône), à 30 km de Lyon. Le site est destiné aux élèves, parents d’élèves, aux enseignants et aux différents personnels du collège.

logo article ou rubrique
Un beau matin, Serge Avédikian, 2005
Article mis en ligne le 13 mai 2016
logo imprimer

Voici l’analyse de l’oeuvre Un beau matin de Serge Avédikian :

Introduction
L’oeuvre que je vais vous présenter aujourd’hui porte le titre Un beau Matin, c’est un court métrage de
12 minutes, réalisé en 2005, par Serge Avédikian qui est à la fois acteur (cinéma, théâtre,
télévision), réalisateur (documentaires, animation, film) et producteur (ce qui lui permet de choisir
ses projets). Il a adapté la nouvelle Matin Brun de Franck Pavlov. Cette nouvelle invite à réfléchir
sur l’uniformisation du monde et fait référence à la seconde guerre mondiale avec la couleur brune
des fascistes italiens.

I. Différences avec Matin Brun
1) Un film d’animation
Définition : Succession d’images fixes : les objets sont déplacés petit à petit : quand le film est
projeté on a l’impression de mouvement. (exemple avec un stylo que l’on ferait se déplacer sur une
table, des playmobils, de la pâte à modeler…).
Pour se rendre compte, normalement pour un film, le défilement est de 24 images/seconde ! Pour
de l’animation, on peut descendre jusqu’à 6 images/seconde
Ici, le réalisateur a utilisé des peintures de Solweig von Kleist qu’il a employées soit seules, soit en
superposition (avec un paysage mobile en fond par ex.).
En l’adaptant à notre société actuelle, le réalisateur a changé la matière. Il a décidé d’enlever le brun
pour aller vers cette matière « translucide/net » dont il a cherché longtemps la matière pour la
réaliser, il s’agit de caramel fondu.
Choix du réalisateur : « j’ai trouvé que la peinture animée laissait davantage de liberté à
l’exploration de l’imaginaire. Le chien jaune de la nouvelle est ainsi plus facile à représenter. Les
seules images réelles sont celles retransmises par la télévision. Une façon de dire, dans le film, que
le monde des médias se pose comme le seul détenteur de la vérité ! »
2) Résumé de matin brun
Le narrateur et son meilleur ami, Charlie, mènent une vie tranquille en pleine période de trouble, la
montée d’un régime politique extrême, l’Etat Brun. Par égoïsme et par lâcheté, les deux
protagonistes ne se préoccupent pas des lois instaurées et s’accommodent de ce nouveau système.
Leur passivité et leur individualisme les conduisent à leur propre arrestation.
3) Les différences importantes

  • Plusieurs scènes avec le petit garçon et son chien (Ulysse : en référence au personnage de
    l’Odyssée. Il traverse des épreuves pour retourner à la terre promise, comme l’être humain
    doit en traverser pour retourner de là où il vient…) alors que dans la nouvelle, ils sont juste
    évoqués. Il dialogue avec le narrateur du film. On voit grâce à lui l’application des mesures
    et l’évolution des mentalités : au départ, il n’écoute pas les conseils, puis déguise son chien,
    enfin celui-ci est emmené (scène violente)
  • Couleurs vives au début (joie, bonheur), associées aux cris des enfants qui jouent. Puis elles
    sont de moins en moins vives pour tirer vers le noir et blanc.
  • Les personnages principaux sont différents, dans la nouvelle, nous n’avons aucune
    information les concernant. Dans le film, oui, voici les explications du réalisateur : « Deux
    personnages ont un statut social différent : le photographe et l’étudiant. Le premier a un
    regard aiguisé sur la vie, sur la couleur, il porte un témoignage. L’étudiant essaie de
    comprendre le monde grâce au savoir qu’il reçoit, il possède les outils pour communiquer
    dans le monde. Ils devraient, tous les deux, avoir une conscience, mais ils ne résistent pas.
    Le photographe accepte même de travailler pour le journal « Net », même s’il tente un peu
    de résister chez lui en conservant des photos en couleur. En France, on a du mal à résister à
    ce qui nous vient de l’extérieur, comme les médias, la consommation (les soldes !) »

II. Une critique de notre société
1) Le choix du titre
« Je l’avais tout d’abord intitulé « Transparent », parce qu’on voudrait que l’être humain soit
transparent, codifié. Après, j’avais pensé à un second titre « Un goût amer dans la bouche » , puis
finalement « un beau matin » illustrait bien ce goût amer qu’on pouvait avoir dans la bouche un
beau matin en se levant et en constatant les ravages de cette dictature et notre absence de
réaction… »
2) Les maux de notre société
« Ce film illustre la façon dont on est pris dans notre société. Les gens sont frappés par le chômage,
l’individualisme, ils sont livrés à eux-mêmes. L’enfant est le seul qui résiste en habillant son chien
jaune d’un manteau NET, pour tenter de le protéger… »
« En fait, l’Etat n’attaque pas l’homme de façon frontale, mais par le biais des objets, des animaux
qui lui sont chers. Notre société nous attaque aussi d’une manière biaisée et agit sur nous par des
besoins fictifs. »
3) L’uniformisation
« Aujourd’hui, il me semble que le totalitarisme n’est plus idéologique. Le danger immédiat vient
plutôt d’une forme d’uniformisation du monde plus insidieuse. Une façon de consommer, de croire
la Télévision, la radio, les scientifiques qui finit par enlever notre libre arbitre. Quel espace de
liberté nous reste-t-il et comment faire pour cohabiter ensemble ? »


Forum
Répondre à cet article
"Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends" Benjamin Franklin
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2006-2019 © Collège Les Quatre Vents - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.27