" />
Bandeau
Collège Les Quatre Vents
Slogan du site

Le collège les quatre vents à l’Arbresle (Rhône), à 30 km de Lyon. Le site est destiné aux élèves, parents d’élèves, aux enseignants et aux différents personnels du collège.

logo article ou rubrique
Programmes de Sixième
Article mis en ligne le 9 janvier 2009
dernière modification le 12 septembre 2012
logo imprimer

 Nouveaux programmes applicables en septembre 2009

Programmes de sixième, rentrée 2009

 Programme d’Histoire : DES MONDES ANCIENS AUX DÉBUTS DU MOYEN ÂGE

À l’école primaire, les élèves ont étudié les premières traces de la vie
humaine sur lesquelles on ne reviendra pas au collège. Ils y ont
également abordé l’Antiquité à travers l’approche de la Gaule et de
sa romanisation.

En sixième, après un premier contact avec une civilisation de
l’Orient, les élèves découvrent la Grèce et Rome : l’étude porte sur
la culture et les croyances, sur l’organisation politique et sociale.
La quatrième partie est dédiée à l’émergence du judaïsme et du
christianisme, situés dans leur contexte historique : les principaux
éléments de croyance et les textes fondateurs sont mis en perspective
avec le cadre politique et culturel qui fut celui de leur élaboration.
La cinquième partie fait le lien entre l’Antiquité tardive et le Moyen
Age en présentant les empires chrétiens de l’Orient byzantin et de
l’Occident carolingien.

La dernière partie ouvre le programme à une civilisation asiatique :
Chine des Han ou Inde des Gupta.
La place de l’histoire des arts est importante dans chacune des
parties du programme, dans la mesure même où ce programme est
orienté essentiellement vers l’étude de grandes civilisations entre
le IIIe millénaire av. J.-C. et le VIIIe siècle.

Au cours de cette première année de collège, les élèves découvrent
des sources historiques simples (archéologiques, iconographiques,
extraits de textes…) qu’ils apprennent à interroger et à mettre en
relation avec un contexte. Ils s’entraînent à exposer leurs
connaissances en construisant de courts récits (on tiendra compte des
progressions prévues en français pour l’expression écrite et
l’expression orale). Ces deux capacités (analyse de documents et
maîtrise de l’expression écrite et orale) concernent toutes les
parties du programme.

I - L’Orient ancien

II - La civilisation grecque thème 1 : Au fondement de la civilisation grecque

II - La civilisation grecque thème 2 : La cité des Athéniens

II - La civilisation grecque thème 3 : Alexandre le Grand (au choix avec la Grèce des savants)

II - La civilisation grecque thème 3 : La Grèce des savants (au choix avecAlexandre le Grand)

III - Rome thème 1 : Des origines à la fin de la république

III - Rome thème 2 : L’empire : l’empereur, la ville, la romanisation

IV - Les débuts du judaïsme et du christianisme thème 1 : Les débuts du judaïsme

IV - Les débuts du judaïsme et du christianisme thème 2 : Les débuts du christianisme

V - Les empires chrétiens du haut moyen âge

VI - Regards sur les mondes lointains : L’Inde classique aux IVe et Ve siècles (au choix avec la Chine des Han)

VI - Regards sur les mondes lointains : La Chine des Han à son apogée (au choix L’Inde classique)

 Géographie : LA TERRE PLANÈTE HABITÉE

À l’école primaire, les élèves ont acquis un certain nombre de
repères concernant leur territoire proche et l’espace français dans son
contexte européen et mondial.

Le programme de la classe de sixième permet, après un
approfondissement de la connaissance de l’espace proche, d’explorer
le monde, d’y situer les sociétés humaines dans leur diversité, de
découvrir et de caractériser les différentes manières de l’habiter. La
démarche invite à développer la curiosité des élèves et à leur donner
le goût de l’ailleurs.

Le choix des études de cas et des exemples doit mettre l’accent, sans
exclure les autres facteurs de différenciation, sur la diversité des
cultures et des formes de mise en valeur du monde qu’elles
induisent.
Le paysage est l’outil privilégié de cette découverte. Des études de cas conduisent à une approche des différentes dimensions des
paysages (évolution, esthétique…)

Chaque étude de cas est mise en contexte et située systématiquement
sur les grandes cartes du monde : population, aires culturelles,
niveau de vie, reliefs, climats. L’année de sixième intègre ainsi une
première connaissance des grandes divisions physiques et humaines
du monde.

Pour localiser et situer, pour comprendre et expliquer, les élèves
manient cartes et images, de tous types et à toutes les échelles, en
utilisant régulièrement les ressources fournies par les technologies
de l’information et de la communication.

L’analyse de documents et la maîtrise de l’expression écrite et
orale concernent toutes les parties du programme.

 Programme de Géographie

Cartes et paysages du monde : le programme de géographie est consacré à un premier regard sur le monde. Les élèves apprennent les repères fondamentaux indispensables pour situer les hommes sur la terre, puis à partir d’un choix d’images, ils comprennent la diversité des paysages.

 I. Les grands repères géographiques du monde

1. la répartition de la population mondiale

Les zones de fort et de faible peuplement sont localisées et nommées sur le globe. Les grandes agglomérations urbaines sont situées. Des exemples librement choisis, éventuellement dans la seconde partie du programme, permettent d’illustrer les contrastes.

– Cartes (planisphères) : répartition de la population mondiale ; les États du monde ; richesse et pauvreté dans l’espace mondial.

– Repères géographiques : les ensembles peuplés et les zones vides ; les grands États et les grandes agglomérations urbaines.

2. Les grands domaines climatiques et biogéographiques

Les caractéristiques climatiques et végétales de la planète sont étudiées à partir de cartes et d’images. Les élèves apprennent à utiliser les mots qui permettent de décrire ces phénomènes.
La localisation des zones thermiques et pluviométriques est simplement expliquée.
À l’aide de deux brefs exemples, éventuellement choisis dans la seconde partie du programme, on montre les relations des sociétés au climat.

– Cartes : les zones thermiques et pluviométriques ; les grands domaines bioclimatiques ; cartes à différentes échelles correspondant aux exemples choisis.

– Repères géographiques : zones thermiques et pluviométriques ; grands domaines bioclimatiques ; localisation des exemples choisis.

3. Les grands ensembles de relief

Les grands ensembles du relief sont identifiés, à partir de cartes et d’images. Les élèves apprennent à utiliser les mots qui permettent de décrire simplement la topographie de la Terre.
A l’aide de deux brefs exemples, éventuellement choisis dans la seconde partie du programme, on montre la relation des sociétés au relief.

– Cartes : le relief de la Terre ; cartes à différentes échelles correspondant aux exemples choisis.

– Repères géographiques : les grandes chaînes de montagne ; les grandes plaines ; quelques grands bassins fluviaux.

On compare des territoires à forte augmentation de population à des territoires à faible augmentation de population. Les élèves découvrent la complexité des rapports entre la densité de la population d’une part, la richesse et la pauvreté d’autre part.

 II. Les grands types de paysages

1. Des paysages urbains

– Un littoral touristique méditerranéen

– Un littoral industrialisé

– Une métropole d’Europe

– Une métropole d’Amérique du Nord

– Une métropole d’un pays pauvre.

Les paysages proposés par le programme sont étudiés à partir d’une ou de plusieurs images. Pour chaque cas, on choisit un lieu précis, systématiquement localisé et mis en relation avec les repères géographiques étudiés dans la première partie.
Tous les cas doivent être présentés ; cependant, afin de mettre en évidence les mécanismes de l’action des hommes sur leur espace et d’évoquer les problèmes de l’environnement, un exemple peut être plus particulièrement développé dans chacun des trois ensembles proposés.

– Cartes : les planisphères étudiés dans la première partie du programme constituent une référence constante, des cartes à différentes échelles permettent de situer précisément l’exemple choisi et de le replacer dans son contexte géographique.

– Repères géographiques : les images choisies par le professeur pour leur exemplarité deviennent des repères culturels et géographiques à mémoriser.

2. Des paysages ruraux

– Un delta rizicole en Asie

– Une exploitation agricole en Amérique du Nord

– Un village d’Europe

– Un village d’Afrique

Cette étude a une triple finalité : donner des mots qui permettent de décrire, expliquer la présence – plus ou moins forte – des hommes, analyser le rôle des sociétés dans l’organisation des territoires. La réflexion se situe donc à différentes échelles et implique l’identification de quelques grands facteurs d’ordre économique, culturel ou naturel de cette organisation.

3. Des paysages de faible occupation humaine

– Dans le désert saharien ou arctique

– Dans la grande forêt amazonienne

– Dans la haute montagne andine ou himalayenne

Cette étude doit d’une part enraciner les connaissances géographiques de base acquises depuis l’école primaire et doit d’autre part permettre d’apprendre à conduire un raisonnement géographique. Les élèves travaillent, de manière plus rigoureuse, le langage de l’image et les moyens de sa transcription (exposé oral, texte, croquis).

Cartes et images sont les outils pédagogiques privilégiés du programme de géographie.

Ces documents ne sont donc pas de simples illustrations des thèmes étudiés. Comme en histoire ce sont des repères culturels à mémoriser. C’est le cas des trois planisphères de la première partie. C’est également le cas des douze types de paysages de la seconde partie. Naturellement les images choisies ne peuvent représenter tous les aspects des paysages étudiés. Elles en font percevoir la complexité : contraintes, diversité des aménagements.
La répartition de la population mondiale est la base nécessaire de l’étude. Pour localiser les zones de fort et de faible peuplement, une carte par points paraît d’un maniement plus facile, en prenant soin de ne pas s’arrêter sur la localisation de tel point isolé. Ce chapitre du programme n’est en aucune façon une étude de démographie énumérant des taux dont les élèves ne peuvent saisir le sens. Il s’agit d’identifier une répartition inégale, de la compléter en localisant les grandes agglomérations urbaines, de suggérer les évolutions majeures entre des territoires à forte augmentation de population et des territoires à faible augmentation de population. Enfin les élèves découvrent la complexité des rapports entre la densité et la richesse de la population par le croisement d’informations simples de nature différente.

Les sciences de la Vie et de la Terre inscrivent les caractéristiques de notre environnement dans la première partie de leur programme de 6e et abordent la variation de l’éclairement et de la température selon l’heure du jour et les saisons. Une coopération avec le professeur concerné est donc indispensable.
L’étude des grands domaines climatiques et biogéographiques, de même que celle des grands ensembles de relief, est conduite en insistant sur les relations des sociétés au climat et au relief. La notion centrale est celle de contrainte. C’est la présence humaine qui révèle la contrainte : le projet social d’aménagement se place donc au premier plan de l’analyse. Il est le reflet de valeurs, d’une maîtrise technique, d’un héritage historique, de l’acceptation ou du refus des risques.
Pour la seconde partie, l’objectif est que les élèves deviennent capables de reconnaître, à partir de l’observation de lieux précis, un type de paysage. L’étude des paysages grâce à des images retenues pour leur représentativité et leur capacité à enrichir l’imaginaire des élèves, permet d’approcher la complexité des relations entre nature et sociétés et la différenciation du monde. La mémorisation des images les plus remarquables devient alors indispensable à la construction d’une culture.

 Deux exemples : les grands domaines climatiques et biogéographiques, les grands types de paysages

A. Les grands domaines climatiques et biogéographiques

L’objet de ce thème est de montrer comment les hommes s’adaptent aux divers climats, parfois fort contraignants, qui règnent à la surface du globe et, par conséquent, comment le climat et la végétation constituent un élément parmi d’autres expliquant l’occupation différenciée de l’espace terrestre par les hommes. Il s’agit de comprendre les relations des sociétés au climat et à la végétation, en s’interrogeant sur l’influence des facteurs bio-climatiques sur les activités, les modes de vie, l’organisation de l’espace et sur la manière dont les progrès technologiques peuvent modifier cette relation de l’homme au climat.

Cette séquence constitue donc une étape fondamentale dans l’acquisition des grands repères géographiques du monde. Elle est abordée à partir d’une série de cartes qu’il s’agit de mettre en corrélation : carte des grands domaines climatiques (équatorial, tropical, désertique, tempéré avec ses nuances, polaire) que les élèves devront apprendre à nommer, à localiser et à caractériser ; carte des grands domaines biogéographiques (forêt dense, savane, steppe, garrigue, prairie, taïga, toundra), en montrant aux élèves que chacun d’eux correspond à un type de climat. Enfin la mise en relation avec le planisphère initial de la répartition de la population montrera la diversité des contraintes climatiques et biogéographiques. Dans des conditions bioclimatiques comparables, par exemple, l’occupation humaine n’est pas la même au Zaïre et au Nigéria, à Java et à Bornéo.
(...)

B. Les grands types de paysages

L’étude des paysages doit, à partir d’une description d’image, aboutir à faire comprendre aux élèves l’interaction qui s’opère entre un milieu physique, son exploitation biologique et l’action de l’homme qui se manifeste tant dans les traces historiques laissées par les sociétés du passé que par les préoccupations économiques et les valeurs sociales du présent. C’est dire qu’il s’agit, dans cette seconde partie du programme, de passer des grilles de lecture du monde présentées dans la première partie à l’analyse de lieux précis qui combine les approches par la population, les grands domaines climatiques et biogéographiques et les grands ensembles du relief. Il est donc nécessaire de localiser les paysages choisis sur les trois planisphères initiaux. Pour chacun des paysages, il s’agit d’entraîner les élèves à repérer et classer les éléments naturels (relief, hydrographie, végétation) et les éléments sociaux (habitat, utilisation du sol, nature de l’activité, communications...), à décrire et schématiser les différentes unités paysagères observables (plaine cultivée, usines et voies de communication, maisons en lotissement...), puis d’expliquer le paysage à l’aide d’éléments extérieurs et de passer de l’image à sa schématisation, par exemple en réalisant un croquis d’interprétation.

Ces analyses s’appuient sur des images diverses choisies en fonction du champ à étudier : images fixes pour la lecture précise du paysage choisi, vues aériennes obliques et verticales pour l’inscrire dans une portion d’espace plus vaste, images vidéo pour recouper les champs de vision et saisir plusieurs facettes d’un paysage. Elles s’appuient aussi sur un jeu de cartes à différentes échelles. Enfin on peut utiliser, pour mieux analyser et expliquer le paysage, un corpus complémentaire de documents (autres images, textes, graphiques) en veillant cependant à éviter tout éparpillement. À titre d’exemples : une métropole européenne, la forêt amazonienne...

 Education civique : LE COLLÉGIEN, L’ENFANT, L’HABITANT

En s’appuyant sur les acquis de l’école primaire, la classe de sixième
montre les différents aspects de la vie en collectivité. Dans la
famille, au collège et dans la commune, les élèves apprennent que la
vie en société impose des règles qu’il convient de connaître, de
respecter, et de comprendre. Ces règles sont parfois différentes selon
l’âge et le statut des personnes. La collectivité est le résultat de
l’implication de chacun, celle-ci peut prendre des formes très
diverses.

Le programme de sixième donne une première définition simple de
notions qui seront ensuite mobilisées et approfondies dans les classes
supérieures.

Les capacités développées dans ce programme doivent favoriser
chez les élèves la prise de conscience de leur identité et de leurs
responsabilités dans leur travail et dans le collège. Ils doivent être
amenés à mettre en pratique ces capacités pour concrétiser un projet
individuel ou collectif.

 Des finalités intellectuelles, civiques, patrimoniales et culturelles

  • La pratique de l’histoire et de la géographie contribue à former l’intelligence active. Apprendre aux élèves à lire et identifier, c’est-à-dire à reconnaître et à nommer, puis à organiser ce qu’on a appris à reconnaître, et enfin à construire quelques phrases pour donner sens aux éléments rassemblés, exerce le jugement critique et raisonnable.
  • Les finalités civiques ont été définies dans l’introduction aux programmes de l’école primaire : "comprendre le monde contemporain et agir sur lui en personne libre et responsable, être présent et actif au sein de la cité, exigent la connaissance du monde dans sa diversité et son évolution". Les programmes du collège, comme ceux du lycée, n’ont pas d’autres perspectives.
    L’histoire et la géographie aident à la construction du citoyen. Enseigner l’histoire et la géographie, c’est enfin chercher à donner aux élèves une vision du monde – c’est un des rôles de la géographie – et une mémoire – c’est une des fonctions de l’histoire. L’histoire et la géographie aident à constituer ce patrimoine (conçu comme le legs des civilisations de l’humanité à l’homme d’aujourd’hui) qui permet à chacun de trouver identité. Cette identité du citoyen éclairé repose sur l’appropriation d’une culture.
  • L’acquisition des grands repères historiques et géographiques est fondamentale. Chaque thème d’étude comporte l’indication des repères qu’il est indispensable de mémoriser, afin de prendre conscience de la durée et de l’espace.

Forum
Répondre à cet article

Dans la même rubrique

Programmes de Troisième
le 15 septembre 2012
Programmes de Quatrième
le 9 janvier 2011
Programmes de Cinquième
le 9 janvier 2010
« Chaque homme cache en lui un enfant qui veut jouer » Nietzsche
pucePlan du site puceContact puceEspace rédacteurs pucesquelette puce RSS

2006-2018 © Collège Les Quatre Vents - Tous droits réservés
Haut de page
Réalisé sous SPIP
Habillage ESCAL 4.1.27